Commande affiches
La liste des convent
Participants 2009
Participants 2006
Paquet cadeau 2006
Paquet cadeau 2009
Commande affiches
Liens 2006
Liens 2009

La science-fiction arabe


Par Kawthar Ayed


Le premier colloque de science fiction arabe, intitulé « La science fiction dans la nation arabe », a eu lieu à Damas en Syrie le 03 et 04 juin 2007. Il a porté le nom de Lucien de Samosate le Syrien.
L’organisateur du colloque, Taleb Omran, dans son discours d’ouverture a insisté sur l’importance de promouvoir cette littérature dans l’espace culturel arabe et la nécessité de lui donner ses titres de noblesse. La SF est présentée par lui comme une vision du monde qui permet de donner une relecture de l’actualité politique et scientifique et d’exprimer l’inquiétude. Les interventions qui ont suivi avaient un aspect plutôt générique et portaient sur le statut de la SF arabe par rapport à celle occidentale. Durant les deux jours du colloque beaucoup de problèmes ont été soulevés tels que les origines lointaines de cette littérature, la terminologie, la confusion entre SF et fantastique, la traduction des termes et des romans de la SF et d’ailleurs quelques romans arabes sont entrain d’être traduits en français et en anglais. La question de l’anticipation scientifique et politique a par ailleurs été centrale. Le rapport de la fiction à la réalité a suscité un vif intérêt dans l’audience. La réflexion sur la science a été privilégiée durant les discussions.
Des auteurs ont parlé de leur expérience d’écriture tels que Nihad Cherif (Egypte), Taleb Omran (Syrie), Teba Al Ebrahim (Kuweit), Lina Keilany (Syrie) et Salah Maati (Egypte).

Le colloque était placé sous l’égide du ministère de la culture et le ministre a donné le discours d’ouverture en défendant la science-fiction et en réclamant un intérêt plus prononcé pour cette littérature.
Le ministre de la culture a honoré le pionnier de la SF arabe : Nihad Cherif qui a écrit ses premiers romans de SF dans les années 70 et qui a fait des émission radios portant sur la science-fiction et dont l’une de ses œuvres a été adaptée au cinéma égyptien en 1985. Un hommage a été rendu à un critique syrien de SF arabe, Mouhammad Azzam, en raison de ses nombreux travaux sur la science-fiction.
Les journaux ont bien couvert l’événement et la télévision aussi. Des auteurs et spécialistes de la SF ont été invités lors d’une émission en directe sur la chaîne syrienne pour essayer de rapprocher le concept de l’auditoire. Des séances ont été également enregistrées et diffusées lors d’un programme télévisé hebdomadaire consacré à la science-fiction présenté par Taleb Omran.
Taleb Omran, l’organisateur du colloque, lui même écrivain de SF, a annoncé dans le discours de fermeture avec Lina Keilany, le projet en cours d’une convention de science-fiction arabe. La séance finale était ouverte à toutes les propositions et nombres d’entre elles ont été retenues. Une charte est entrain d’être fixée et la procédure administrative est désormais enclenchée.
Un second colloque a également été annoncé dans six mois pour célébrer la naissance officielle de la convention. Ce colloque accueillera des participants occidentaux pour dresser les ponts avec l’autre rive de la planète. Evidemment, certaines choses restent néanmoins à améliorer tel que le choix d’un thème précis pour ne pas aborder beaucoup de sujets en même temps et se disperser surtout que le public non habitué à la SF avait du mal à assimiler certains concepts.


Les conditions du colloque furent excellentes. Les participants ont été très bien accueillis (à la sortie de l’avion par un délégué du ministère de l’enseignement de la culture !) et très bien logés dans un hôtel en plein centre ville. Après le colloque, on nous a fait visiter Damas et les alentours. Impressionnant. J’ai beau participé à des colloques en Tunisie, en France, en Espagne etc. mais nulle part un tel accueil, ni une telle ouverture d’esprit. Alors, vivement Damas dans six mois.

Ce fut donc un olloque très réussi pour une première du genre ; et c’est grâce aux énormes efforts, largement louables, de Taleb Omran et de son équipe que l’organisation a été exemplaire. Une excellence qui ne peut que préparer l’avènement d’autres manifestations scientifiques d’une plus grande envergure. J’ai été sincèrement très agréablement surprise.

A bientôt, en Syrie peut-être ?

Bellaing 2009
24/08/2009